Et la race ?

3 - Et la race ?


Nous sommes régulièrement atterrés d'apprendre dans les medias qu'il y a eu un nouvel accident, mais peut-on attribuer le qualificatif " gentil " ou " méchant " à un chien, ou encore à une race, labrador, rottweiler ou autre ? Ce sont deux mots trop simplistes pour être les plus adaptés à estimer les risques que présente un chien.

Les chiens ne réagissent pas pareil au stress, à la pression exercés sur eux. Qu'est-ce qui fera la différence d'un chien à l'autre : sa race et la génétique, ou bien son éducation et l'environnement ?

La loi de 99 accuse certaines races comme le rottweiler de présenter un risque plus important que d'autres, ce qui amène à vouloir rétablir la balance en accusant uniquement les maîtres et leur éducation. Avoir un chien bien éduqué signifie-t-il que la génétique n'y est pour rien dans le comportement canin ? Sûrement pas, l'appartenance à une race a bel et bien une influence. Le labrador par exemple, se jettera bien plus spontanément à l'eau qu'un chow-chow, mais restera beaucoup moins facilement tout seul.

En fait, la génétique est à 100 % responsable et les acquis à 100% aussi...  Tout est étroitement lié, parce qu'on doit s'adapter au caractère de chaque chien. Tout ceux qui ont eu du fil à retordre avec un nouveau chien, même si c'était loin d'être le premier, le savent bien ! Le choix d'une race est extrêmement important, pas parce que certaines sont plus gentilles que d'autres, mais parce que leurs aptitudes et leur mode relationnel diffèrent. Il faut d'un côté adopter des méthodes d'éducation par le jeu et la récompense, et de l'autre reconnaître l'influence de la génétique ainsi que les spécificités des races.

Une race doit être choisie pour son adéquation de caractère avec le mode de vie de ses maîtres. Il vaut mieux choisir un chiot inscrit au LOF, surtout pour une race comme le rottweiler, avec des parents qui ont passé un test de caractère officiel, vérifiant le retour au calme des chiens. De même, le labrador qui avait été sélectionné sur une dent douce afin de rapporter le gibier intact (ne comptez pas autant sur une race de terrier pour ça !) manque-t-il peut-être de cette " sélection travail " lorsque les croisements sont faits au hasard ou uniquement pour la beauté.

Mais nos croyances influent aussi sur le chien

Le rott est un chien paisible, ce que modifiera un maître qui est dur par peur de se faire dominer. Il transmettra aussi une inquiétude en raccourcissant sa laisse, risquant ainsi de provoquer les réactions qu'il souhaitait éviter ! Combien de chiens qui jouent entre eux en liberté deviennent menaçant lorsqu'ils sont en laisse ! Tout ceci est dû à la peur, car un rott aussi peut avoir peur. 

De l'autre côté, bien des morsures sont dues à des labradors, pourquoi donc ? Mis à part sa lignée et sa sélection, la croyance en sa gentillesse amène à lui faire supporter beaucoup de jeux d'enfants, des caresses qu'on lui impose, parce qu'il ne fait pas peur. On l'envahit certes plus qu'un rott ! Il supporte donc un stress que l'on ne devine pas suffisamment. Reconnaissons malgré tout que c'est un chien qui a de grandes capacités sociales, car c'est l'une des races qui se socialise le plus longtemps lorsqu'il est chiot. Etant donné les performances attendues d'un chien guide d'aveugle, c'est principalement cette caractéristique qui l'a fait choisir.

La génétique doit tout simplement être connue afin de savoir proposer les acquis qui conviennent. Il n'y a pas de conflit entre nature et culture. Quand on accuse la nature, c'est que la culture se vexe de n'avoir pas réussi à trouver la bonne solution.

Source : Françoise Bivel.
Association Danse avec les chiens.
www.danseavecleschiens.com

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×